Dr Omar Osman Rabeh, une petite biographie

L’écrivain et philosophe Omar Osman Rabeh est décédé ce mercredi au Caire, en Egypte. C’est une figure illustre de la lutte pour l’indépendance qui vient de disparaître.

Né en 1946 au nord-ouest de la Somalie, Omar Osman Rabeh a entamé sa carrière en tant qu’infirmier. Son engagement politique est précoce puisqu’il devient dès 1960 membre du Parti du mouvement populaire (PMP).

Accusé d’être l’un des commanditaires d’un attentat visant à éliminer Ali Aref Bourhan le 6 mai 1968, il effectue un long séjour en prison qu’il met à profit pour se consacrer à un doctorat de philosophie qu’il va soutenir en 1972.

Il est relâché trois ans plus tard de la prison centrale de Muret, en France, où il purgeait sa peine, en échange de la libération de l’ambassadeur de France à Mogadiscio pris en otage en 1975 par un commando du Front de Libération de la Côte des Somalis (FLCS).

Après l’accession à la souveraineté nationale, Omar Osman Rabeh exerce les fonctions de directeur de l’Ecole Normale et publie en 1984 le plus célèbre de ses ouvrages : « Le cercle et la spirale », un roman autobiographique dans lequel il retrace son propre parcours.

S’ensuit une longue période d’exil en France et au Canada ponctuée de la parution de plusieurs essais dont « République de Djibouti ou roue de secours d’Éthiopie. »

Rentré au pays au début des années 2000, Omar Osman Rabeh devient conseiller du président de la République à l’éducation et à la recherche, avant d’être nommé à la tête de l’Institut de Géopolitique au Centre d’Etudes et de Recherches de Djibouti (CERD).