Appel à manifester à Ottawa

Fait à Ottawa, le 21 avril 2013

Flash infoLe 22 février 2013 ont eu lieu en République de Djibouti des élections législatives remportées par la coalition de tous les partis de l’Opposition djiboutienne réunis sous la bannière de l’Union pour le Salut National (USN). Cette victoire spoliée par le régime a provoqué des manifestations partout à travers le pays et plus particulièrement dans tous les quartiers populaires de la capitale où s’entasse la grande majorité des électeurs qui ont opté pour le changement. Face à ces revendications légitimes et garanties par la Constitution du pays, la réponse du gouvernement fut la politique du tout-répressif.

Arrestations des leaders de l’Opposition, des oulémas dont le seul crime est d’avoir exigé la justice sociale, des simples citoyens et/ou fonctionnaires pour leur soutien à l’USN. Les jeunes venus exprimer leur colère après l’annonce des résultats truqués sont réprimés par les forces de l’ordre à coups de gaz lacrymogènes et parfois à balles réelles. Quand ce n’est pas la violence, ce sont des harcèlements judiciaires suivis de condamnations et des incarcérations express exécutés par une justice parallèle et alimentaire à la botte du régime kleptocrate.

Plusieurs ONG de défense des droits humains dont la FIDH, la LDDH, L’ODDH, l’ORDHD, des intellectuels djiboutiens dont le romancier Abdourahman Waberi, des personnalités politiques, la grande majorité des membres de la diaspora djiboutienne ont condamné cette répression aveugle et continuent à appuyer le peuple djiboutien dans sa revendication pour un changement radical. Tous ces soutiens multiformes exigent aussi la libération de tous les prisonniers politiques, des oulémas jetés à Gabode après les législatives et appellent à un dialogue national salvateur.

Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas rester insensibles et aveugles à la population frondeuse qui, chaque vendredi, manifeste contre le régime liberticide. La peur ne doit pas être notre oreiller quand une atmosphère lourde de menaces met en danger la stabilité de notre pays. Ne laissant pas une petite minorité repue et engraissée par le denier public entraîner le pays dans la guerre civile.

Nous appelons tous les djiboutiens épris de justice et tous les patriotes qui chérissent l’Unité, l’Égalité et la Fraternité que sont nos devises, à venir manifester sur Colline parlementaire d’Ottawa le 27 avril prochain entre 14h et 16h.

Pour :

  • Dénoncer la confiscation des libertés démocratiques par un régime de braqueurs qui assoiffe, affame, diffame, meurtrit, torture depuis trop longtemps le peuple djiboutien.
  • Exiger la libération de tous les prisonniers politiques dont Mohamed Ahmed dit Jabha emprisonné depuis mai 2010, les sheicks Abdourahman God, Abdourahman Bachir et Guirreh Meydal…etc.
  • Condamner le harcèlement continuel dont fait l’objet le porte-parole de l’USN Daher Ahmed Farah dit DAF.
  • Désapprouver l’ignoble nomination comme ministre de l’Éducation du larbin responsable de la répression des jeunes collégiens d’Obock et de la mort par balle du jeune Hafez.
  • Interpeller l’opinion publique internationale et les diplomaties étrangères à prendre position sur la situation de la République de Djibouti.

Le Comité de l’ACSAO